L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
Accueil du siteLes enjeuxPatrimoine naturel
Les enjeux
Patrimoine naturel

Liens avec des enjeux économiques et sociaux

Thème Patrimoine naturel - Édition 2013
  • Ouvrage de 251 pages
  • au format A4
  • disponible en version papier ou téléchargeable en PDF.
Nouveau !
Dernière mise à jour : 28/08/2006

La nature est aussi une source de biens et de services, matières premières d’activités économiques importantes en région.

Aquaculture :

L’activité aquacole s’organise au sein de coopératives qui promeuvent la qualité de la production et le respect de l’environnement. Ainsi, la promotion de leurs produits, via des labels qualités (Certificat Conformité Produit - CCP), est très dépendante de la qualité du patrimoine naturel littoral. Il est donc primordial de préserver ce patrimoine écologique que sont les zones humides (marais salants et aquacoles), afin de garantir le bon état de cette activité économique.

Les marais littoraux ont été façonnés dès le Moyen-Age par l’activité salicole, puis ils ont été rénovés pour la production d’huîtres, de moules et de poissons. http://www.forum-marais-atl.com/iso...
  • La conchyliculture est une activité majeure et remarquable de l’économie Picto-charentaise. : 98% des marais conchylicoles sont en Charente maritime (source : recensement conchylicole 2001) . La région Poitou-Charentes, avec 33 % de la production d’huîtres et 44 % des ventes finales, demeure au premier rang national devant la Bretagne et la Normandie
(source : ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 2005).

Notons cependant qu’il existe des élevages en étangs (dont peu sont organisés en coopératives) qui présentent un impact fort sur les milieux naturels et la qualité de l’eau.

Pêche :

Pêche à la Civelle.
Pêche à la Civelle.

La bonne « santé » de ces activités économiques dépend directement de l’état du patrimoine naturel marin et d’eau douce, car l’exploitation halieutique (pêche commerciale et récolte d’animaux et de végétaux) se base sur des prélèvements effectués directement sur les ressources biologiques aquatiques marines et dulçaquicoles. Une grande diversité d’espèces sauvages est exploitée, que ce soit des poissons, des crustacés, des mollusques ou des végétaux. 34 espèces de poissons sont couramment prélevées dans le golfe de Gascogne, dans les différents compartiments de cet écosystème : dans la masse d’eau, pélagique (anchois et céphalopodes surtout), près du fond, démersal (merlu principalement) et sur le fond, benthique (sole, langoustine, baudroie) ainsi que dans les cours d’eau, leur embouchure et les zones marines les plus littorales, espèces amphyhalines (anguille).

Cependant, la pêche a des impacts négatifs sur les stocks. L’amélioration des techniques et des changements dans les stratégies de pêches ont d’ailleurs été des facteurs d’accroissement de la production des navires. Les variations de stocks, quant à eux, peuvent rendre très fragile la situation des pêcheries ; d’autant plus qu’elles sont très sensibles aux fluctuations du marché (prix du poisson, prix des moyens de production). Il est donc nécessaire de préserver et de gérer durablement le patrimoine naturel aquatique régional afin de garantir une exploitation durable et économiquement viable des ressources halieutiques.

L’importance de l’exploitation du patrimoine naturel aquatique de la région est non négligeable d’un point de vue économique et social. L’activité de pêche suscite un chiffre d’affaires de 24.97 millions d’euros, et génère environ 830 emplois directs (marins embarqués) et 1500 emplois indirects (entreprises appartenant à la filière des produits de la mer)
(source : Préfecture de la Charente-Maritime, chiffres 2002).

http://www.aglia.org/

Dans le golf de Gascogne, 76 % des débarquements proviennent de stocks en mauvais voire très mauvais état. On parle également de gaspillages écologiques et économiques (chez les chalutiers langoustiniers par exemple). http://www.ifremer.fr/gascogne/coll...

La pêche à pied en tant qu’activité de loisir a également un impact non négligeable sur les gisements naturels de coquillages.

Tourisme :

Venise Verte.
Venise Verte.

L’activité touristique est très dépendante de l’état des paysages, et de faite, de l’état du patrimoine naturel. L’importante richesse écologique de la région offre un cadre particulièrement attractif, de part sa beauté, mais aussi pour les différents types de tourisme (tourisme rural, de nature, balnéaire) et de loisirs qu’elle autorise (pêche, randonnée, activités nautiques, etc.). Ainsi, une nature préservée est primordiale pour maintenir le dynamisme de l’économie touristique toute l’année.

Le chiffre d’affaires touristique représente 5,5 % du PIB régional : 1 837 millions d’euros (source : Comité Régional du Tourisme). http://www.poitou-charentes-vacance... La principale activité touristique de la région est la promenade (33,8% des séjours, source : DT-SOFRES, 2004), d’où l’importance d’une nature et d’un cadre préservés. De même pour le tourisme balnéaire (troisième position avec 28% des séjours), le touriste est de plus en plus attentif à la protection de la nature, et fréquente de plus en plus les sites préservés par le Conservatoire du Littoral pour leur caractère remarquable et sauvage
(source : IFEN, 2000).

Enfin, le tourisme vert est en plein développement, la visite de sites naturels correspond à 6,6 % des séjours (source : DT-SOFRES, 2004)(Cf. également fiche « Enjeux Paysages »). Certains espaces régionaux, comme le Marais Poitevin, et plus précisément la partie appelée la Venise Verte, sont particulièrement attractif pour ce type de tourisme, et accueillent un public constitué aussi bien de spécialistes que de néophytes.

Emploi :

Relâchement.
Relâchement.

Le cadre du patrimoine naturel est à l’origine de plusieurs métiers répondant à une diversité de missions :

  • la protection, la gestion et la restauration : tels les gardes-pêche, les techniciens de l’environnement et les conservateurs de réserves naturelles nationales ou volontaires ;
  • l’information, l’animation, le tourisme et la mise en valeur : tels les animateurs nature et géologie ;
  • l’aménagement durable des territoires et de cadres de vie de qualité : tels les chargés d’études d’impact, les ingénieurs écologues, les aménageurs de l’espace rural.

Favoriser la protection du patrimoine naturel, c’est aussi favoriser la création d’emplois directs. Ainsi, Le volume des emplois dans l’environnement est en augmentation depuis 10 ans en France (Source : IFEN, 2005). Cependant, la gestion et la protection de la nature n’occupent qu’une faible part des effectifs, la plus grande part d’emplois étant dans le domaine du traitement des polluants et des nuisances (source : IFEN, 2005).

- En Poitou-Charentes, 53,3% des emplois jeunes environnementaux concernent le patrimoine naturel, soit 226 emplois jeunes (source : Ifen-Orme d’après CNASEA pour le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité au 30/06/2004). Ces statistiques comportent bien sûr une part d’incertitude due à la classification des métiers qui résulte de l’analyse syntaxique des libellés d’emplois. Par contre, les Demandes En Fin de Mois des chargés de protection du patrimoine naturel n’augmentent que très légèrement (source : Ifen – ANPE, 2004). http://www.ifen.fr/orme/anpe/poitou...
  • La région propose une aide pour les personnes en difficulté d’accès à l’emploi par l’intermédiaire des « Emplois Tremplin dans l’Environnement » (E.T.E.). En 2005, 741 emplois ont ainsi été créés. http://www.cr-poitou-charentes.fr/f...

Agriculture :

Terres Rouges.
Terres Rouges.

Les écosystèmes naturels ou semi-naturels assurent beaucoup de fonctions écologiques utiles à l’agriculture et à l’élevage. Les bocages fournissent par exemple une irrigation naturelle des champs, protègent des inondations, et permettent une diminution de l’érosion des sols. Ils servent aussi d’habitats pour un grand nombre de plantes et d’animaux, dont certains reptiles tels la couleuvre à collier (Natrix natrix) et la vipère aspic (Vipera aspis). Or, ces deux espèces sont utiles pour contrôler le développement des populations de petits rongeurs qui nuisent aux récoltes.

L’image d’un produit agricole est primordiale en terme de vente, or, une bonne image est associée à des pratiques agricoles respectueuses de la nature. Dans ce sens, l’agriculture biologique garantie aux consommateurs un mode de production respectueux des écosystèmes, et de la santé humaine et animale.
  • En Poitou-Charentes, la surface conduite selon le mode de production biologique a été multipliée par 5 entre 1995 et 2000, atteignant plus de 16 000 ha, soit 0,9% de la surface agricole utile de la région. Ce sont en tout 430 agriculteurs qui produisent selon le cahier des charges de l’agriculture biologique
(source : Agriobio Poitou-Charentes).
  • De même, le nombre de CTE (Contrat Territorial d’Exploitation) qui ont été signés varie entre 370 et 700 par département (source : DRAF Poitou-Charentes, 2004). Actuellement, succédant aux CTE, les CAD (Contrat d’Agriculture Durable) ont pour objectif d’inciter les exploitations agricoles à développer un projet intégrant des fonctions environnementales, sociales et économiques. http://draf.poitou-charentes.agricu...

La biodiversité peut avoir des effets bénéfiques sur l’agriculture, notamment en ce qui concerne la stabilité et la productivité. Par exemple, la pédofaune est essentielle au maintien de la fertilité des sols, et contribue ainsi à la stabilité de la production agricole. Certains insectes parasitoïdes contrôlent d’autres populations d’insectes nuisibles à l’agriculture. Les abeilles et autres pollinisateurs sont nécessaires à l’agriculture pour la pollinisation de certaines cultures (tournesols, vergers, cultures de tomates).

Industrie :

Digitales.
Digitales.

La nature est un réservoir avéré de nouveaux médicaments, ainsi, aujourd’hui 57% des 150 médicaments les plus souvent prescrits aux Etats-Unis renferment au moins un composé d’origine végétale (source : Précis d’écologie, Roger Dajoz, 2003). Certaines espèces apparemment « inutiles » aujourd’hui se révèleront peut-être à l’avenir des ressources indispensables pour des besoins thérapeutiques. Selon le principe de précaution, il convient de maintenir au maximum les potentialités écologiques et par conséquent de préserver aux mieux les espèces et les espaces.

En France, la biodiversité a déjà été beaucoup étudiée à des fins médicinales. Ainsi, certaines plantes de France sont à l’origine de médicaments telles le Saule pour l’Aspirine, le thym pour le thymol (antifongique) et la Digitale pourpre pour la digitaline (tonicardiaque). En Poitou-charentes, l’industrie chimique et pharmaceutique emploie 3,4 % des effectifs industriels régionaux (3 295 salariés), elle occupe 1,3 % des établissements industriels régionaux (113 établissements) et elle crée 4 % de la valeur ajoutée industrielle régionale annuelle (354 000 F/an/salarié)
(source : INSEE, fichier Sirène juillet 1997 ; UNEDIC-IERS, 1996 ; sur Système d’Information Régionale Poitou-Charentes).

http://www.sir-poitou-charentes.org...

  • Benthique : Qualifie l’ensemble des organismes aquatiques vivant en étroite relation avec les fonds aquatiques d’une manière fixée ou non. L’ensemble de ces êtres forme le benthos.
  • Biodiversité : Variété du vivant à tous ses niveaux : les gènes, les espèces et les populations, les écosystèmes et les processus naturels qui assurent la perpétuation de la vie sous toutes ses formes.
  • Conchylicoles, conchylicole : relatif à la conchyliculture, c’est-à-dire l’élevage de coquillages.
  • Conchyliculture : Élevage traditionnel des coquillages, essentiellement l’huître (ostréiculture) et la moule (mytiliculture).
  • Crustacés : Classe d’arthropodes antennates (2 paires d’antennes) possédant un céphalothorax et un abdomen, et dont le tégument est fortement minéralisé par des sels de calcium. Généralement aquatiques à respiration branchiale, ils sont ovipares. Ils sont divisés en malacostracés, ou crustacés supérieurs, et entomostracés, ou crustacés inférieurs).
  • Dulçaquicoles : d’eau douce.
  • écosystèmes, écosystème : Ensemble écologique constitué par les éléments inertes d’un milieu (sol, eau, etc.) et des êtres vivants, entre lesquels existent des relations énergétiques, trophiques, etc.
  • établissements : Unités géographiques où une entreprise exerce son activité. Un établissement peut être une usine, un atelier, un magasin, un bureau. Une entreprise peut exercer son activité dans un ou plusieurs établissements.
  • Géologie : Étude des propriétés des roches et des fossiles, reconstitution de l’histoire de la Terre par l’observation directe.
  • Habitats : Entité écologique correspondant au lieu où vit une espèce et à son environnement immédiat.
  • Halieutique : Qualifie toutes les activités relevant de la pêche sous toutes ses formes, professionnelle ou de loisirs, en eau douce ou marine.
  • Insectes : Arthropodes dont le corps, en trois parties (tête, thorax, abdomen), porte trois paires de pattes, deux paires d’ailes et une paire d’antennes. Leur respiration est trachéenne (par la trachée) et ils peuvent subir une ou plusieurs mues et/ou métamorphoses.
  • Littorales, littoral : Relatif aux rivages marins. La largeur de ce domaine est variable : il englobe l’arrière côte dans la terre ferme (on parle de zone supra littorale, située au-dessus de la mer mais soumise cependant à l’influence marine), le rivage proprement dit et la zone de balancement des marées ou estran (zone médio littorale ou zone littorale s.str.), ainsi que l’avant côte submergée en permanence (zone infra littorale jusqu’à -50 m et zone circa littorale de -50 à -200 m). Chacune des zones présente des associations de faunes et flores caractéristiques.
  • Milieux naturels : Un milieu naturel et caractérisé par un ensemble d’éléments qui agissent directement ou indirectement sur tout ou partie des organismes qui l’habitent. Les éléments constituants d’un milieu naturel sont principalement le sol, le relief, le climat et les êtres vivants qui le peuplent. Ainsi, biotopes et biocénoses forment des écosystèmes dont les multiples interactions conditionnent la stabilité ou l’évolution du milieu. Des perturbations naturelles ou anthropiques peuvent rompre cet équilibre et entraîner la régression ou la disparition du milieu.
  • Mollusques : Embranchement d’animaux au corps mou non segmenté souvent pourvu d’une coquille calcaire (interne ou externe).
  • Moules : Mollusque bivalve (genre : Mytilus) élevé sur boucheaux et sur filières en pleine mer.
  • Nuisibles : se dit d’une espèce qui met en danger la santé et la sécurité publique, qui provoque des dommages importants aux activités agricoles, forestières ou aquacoles, ou qui représente une menace pour la protection de la faune et de la flore (art. R227-6 du Code rural). La liste nationale des espèces susceptibles d’être classées nuisibles est déterminée par le Ministre chargé de l’environnement, mais c’est le Préfet qui détermine chaque année quelles espèces, figurant dans la liste nationale, sont classées nuisibles dans chaque département.
  • Pédofaune : faune du sol.
  • Pélagique : se dit d’un organisme qui vit au large des côtes, en pleine mer. Qualifie tous les animaux ou végétaux marins qui vivent en pleine mer sans relation avec le fond mais qui nagent (necton) ou flottent (plancton).
  • Poissons : Vertébrés aquatiques qui respirent par des branchies et dont les membres pairs sont représentés par des nageoires (pectorales et pelviennes). Ils sont généralement ovipares.
  • Populations : ensemble d’êtres vivants d’une même espèce, occupant un territoire déterminé, présentant des caractéristiques propres et qui se perpétuent dans le temps.
  • Reptiles : De la classe des vertébrés tétrapodes (quatre pattes), les reptiles ont une peau recouverte d’écailles et ils respirent à l’aide de poumons (contrairement aux poissons qui respirent grâce à des branchies). Ce sont des animaux poïkilothermes et généralement ovipares.
  • Saliculture : récolte de sel à partir de l’eau de mer ou de saumures naturelles.
  • Sols : Formation superficielle en place (formation pédologique) résultant de l’altération des roches. On caractérise un sol par ses différents niveaux que l’on nomme horizons, avec de haut en bas tout ou partie des horizons suivants : A (ou éluvial, ou de lessivage), B (ou illuvial, ou d’accumulation, C (correspondant à la roche mère fragmentée et peu transformée, R (roche mère indemne).
  • Surface Agricole Utile : Elle comprend les grandes cultures, les superficies toujours en herbe, les cultures permanentes (vignes, vergers…), les jachères, les jardins et vergers familiaux. Elle ne comprend pas les sols des bâtiments et cours, les landes non productives et les friches, les peupleraies en plein, les taillis, bois et forêts de l’exploitation, ainsi que les territoires non agricoles.
  • Aquaculture, aquacoles, aquacole : L’aquaculture est le terme générique qui désigne toutes les activités de production animale ou végétale en milieu aquatique. L’aquaculture se pratique en bord de mer (on parle dans ce cas de « cultures marines » ou mariculture), des rivières ou des étangs.
Publications | Plan du site | Mentions légales | Cadenas fermé