L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
Accueil du siteLa situationEauPour conclure
La situation
Eau
Pour conclure

Les enjeux régionaux

Thème Eau - Edition 2015
Nouveau !
Dernière mise à jour : 2015

Au final, cet ouvrage éclaire sur les grands enjeux auxquels est confronté le Poitou-Charentes afin de préserver ses ressources en eau et les milieux aquatiques.

Ces informations et l’expertise qui en découle prennent toute leur importance pour l’identification d’enjeux régionaux.

Ces derniers ont été identifiés pour la première fois en 2006 par les différents acteurs de l’eau pictocharentais, dans le cadre du Réseau Partenarial des Données sur l’Eau (R.P.D.E.) composant le comité de lecture des thématiques « Eaux Continentales » et « Eaux marines » du Centre de ressources de l’ORE.

Malgré les actions menées ces dernières années, ces enjeux restent encore valables en 2014.

Améliorer la gestion quantitative de l’eau

  • améliorer la gestion, principalement pendant la période d’étiage, et parvenir à une gestion patrimoniale des ressources en eau (préserver l’adduction d’eau, adapter les prélèvements à la disponibilité en eau…)
  • améliorer les connaissances sur les données historiques (prélèvements, débits, niveau des nappes)
  • soutenir, inciter, développer les démarches d’économie d’eau auprès des différents usagers (les particuliers, les collectivités, les agriculteurs, les industriels…)
  • prévenir les inondations

Améliorer, reconquérir la qualité de l’eau

  • approfondir les connaissances sur le milieu : adapter les réseaux de surveillance aux usages des eaux
  • soutenir les démarches de limitation des pollutions par les nitrates, les produits phytosanitaires et les autres molécules polluantes
  • accélérer la mise en oeuvre d’actions dans les bassins d’alimentation de captages préserver les ressources en eau nécessaires à l’alimentation en eau potable
  • soutenir, inciter, développer les démarches visant à respecter la qualité des eaux souterraines et superficielles, en se fixant des objectifs de résultats
  • préserver la qualité chimique et bactériologique des eaux marines et estuariennes
  • connaître et surveiller les activités présentes sur le littoral et en amont (agricoles, industrielles, urbaines) : contrôle de la nature et de la quantité des rejets polluants, avec des actions significatives dans le domaine préventif

Informer / sensibiliser le citoyen

  • le sensibiliser à la préservation de la ressource eau
  • améliorer ses connaissances afin qu’il puisse se forger un avis critique
  • l’inciter à s’impliquer dans la prise de décision
  • l’informer et l’inciter à s’impliquer dans la démarche de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau

Accentuer la recherche sur les eaux marines

  • améliorer les connaissances sur le milieu (pour la description et l’analyse de son fonctionnement)
  • favoriser les travaux de recherche sur les bassins versants et les transmissions des pollutions au littoral, pour une meilleure compréhension des phénomènes et pour une approche intégrée des problématiques
  • mettre en évidence des liens de cause à effet en termes de pollution/diffusion (origine -> devenir) au sein d’un bassin versant et préciser géographiquement ces relations
  • améliorer les connaissances sur les effets bénéfiques des eaux douces sur les écosystèmes
  • étudier les conséquences du transfert des pesticides sur les espèces marines
  • réfléchir à une approche multidisciplinaire de production de l’information En parallèle, dans le cadre de la mise en oeuvre de la Directive Cadre sur l’Eau, les problématiques importantes à résoudre sont :
  • atteindre le bon état en 2015 (écologique et chimique)
  • assurer la continuité écologique des cours d’eau
  • ne pas détériorer l’existant
  • atteindre toutes les normes et objectifs dans les zones protégées
  • supprimer ou réduire les rejets de substances prioritaires
Cet ouvrage peut servir de support de réflexion sur les stratégies de mise en oeuvre du développement durable. Sur un territoire, les enjeux écologiques sont imbriqués et étroitement liés aux enjeux économiques et sociaux. Ainsi, toute décision relative à un enjeu écologique a des répercussions sur d’autres enjeux économiques et sociaux. La protection des ressources en eau doit donc s’inscrire dans une réflexion plus large qui est celle du développement durable. Aujourd’hui, par exemple, les choix de gestion quantitative de l’eau en agriculture (retenues de substitution, changement de culture, changement de pratiques culturales) jouent un rôle déterminant tant dans les aspects socio-économiques de la politique agricole (impact d’un changement de pratiques) ou générale (coût et financement de la création d’une retenue), que dans les choix de stratégies de préservation de l’environnement (adapter les usages ou la ressource), et donc dans le développement durable. De plus, la protection des ressources en eau reste complexe et nécessite la prise en compte des deux aspects quantitatif et qualitatif, qui sont liés. Trouver des solutions de gestion conciliant la préservation de l’environnement tout en maintenant les activités économiques liées à l’utilisation de l’eau, sans accroître les inégalités sociales (prix de l’eau, accès à l’eau potable …) est un véritable enjeu de société, tant local que planétaire. Ce document, par la richesse de son contenu, est donc à même d’aider à la prise de décision en vue de l’atteinte du bon état des eaux, et ce en promouvant et veillant à un développement durable.
> Haut de page
  • écosystèmes : Ensemble écologique constitué par les éléments inertes d’un milieu (sol, eau, etc.) et des êtres vivants, entre lesquels existent des relations énergétiques, trophiques, etc.
  • étiage : Période de plus basses eaux des rivières et des nappes souterraines.
  • Amont : L’amont désigne la partie d’un cours d’eau qui, par rapport à un point donné, se situe entre ce point et sa source. (Agence de l’Eau Adour Garonne : www.eau-adour-garonne.fr
  • Bon état : Le bon état est l’objectif à atteindre pour l’ensemble des eaux en 2015, conformément à la directive cadre sur l’eau, sauf en cas de report de délai ou de définition d’un objectif moins strict. Le bon état d’une eau de surface est atteint lorsque son état écologique et son état chimique sont au moins "bons". Le bon état d’une eau souterraine est atteint lorsque son état quantitatif et son état chimique sont au moins "bons". (Glossaire EauFrance)
  • Captage : Dérivation d’une ressource en eau. Au sens restreint, désigne tout ouvrage utilisé couramment pour l’exploitation d’eaux de surface ou souterraines. (Agence de l’Eau Adour Garonne)
  • Continuité écologique : Se définit par la libre circulation des espèces biologiques et le bon écoulement du transport naturel des sédiments d’un cours d’eau. La notion de continuité écologique qui jusqu’à la loi sur l’eau de 2006 ne prenait pas en compte le transport des sédiments. (Glossaire EauFrance)
  • Débits : le débit d’un cours d’eau en un point donné est la quantité d’eau (m3 ou litres) passant en ce point par seconde il s’exprime en m3/s ou en l/s.
  • Eau potable : Eau propore à la consommation, ne devant contenir aucun germe pathogène. L’eau prélevée directement dans le sol ne peut pas toujours être bue telle que. Elle doit être contrôlée et éventuellement purifiée avant d’être distribuée chez l’usager. Ses caractéristiques sont définies par la directive européenne de 1998, reprise en droit français. (Agence de l’Eau Adour Garonne)
  • Nappes : Volume d’eau souterraine.
  • Nitrates : Ils jouent un rôle important comme engrais, car ils constituent le principal aliment azoté des plantes, dont ils favorisent la croissance. Toutes les eaux naturelles contiennent normalement des nitrates à des doses variant selon les saisons (de l’ordre de quelques milligrammes par litre). • Niveau piézométrique : Il s’agit d’une mesure ponctuelle du niveau atteint par l’eau dans le sol à l’aplomb d’un point précis.
Publications | Plan du site | Mentions légales | Cadenas fermé