L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
Accueil du siteLa situationEauLa gestion quantitativeDes difficultés rencontrées
La situation
Eau
Pression
La gestion quantitative
> Des difficultés rencontrées

Le risque sécheresse et retrait-gonflement des argiles

Thème Eau - Edition 2015
Nouveau !
Dernière mise à jour : 2015

De par la géologie de la région, une majorité des sols de Poitou-Charentes est de type argileux. L’argile se comporte comme une éponge, elle se gonfle en présence d’eau et se rétracte quand elle s’assèche. Les sols argileux induisent alors des phénomènes de retrait-gonflement pouvant avoir des conséquences importantes notamment matérielles.

Il résulte de plusieurs éléments :

  • la nature du sol
  • les variations climatiques
  • la végétation à proximité de la construction et de ses fondations

Le risque de retrait-gonflement des argiles est le risque de mouvement de terrain le plus répandu. En effet, en région, plus d’une commune sur deux a été touchée par ce phénomène dans les 20 dernières années, justifiant un arrêté de catastrophe naturelle. Ce phénomène, s’il ne présente pas directement de danger pour la population, induit de graves conséquences économiques.

Les habitations individuelles comportant des fondations peu ou non armées et pas assez profondes sont les plus touchées. Les dégâts les plus importants sont la fissuration des façades, des soubassements, des dallages et des cloisons, la distorsion des huisseries, des décollements entre corps de bâtiments voire des ruptures de canalisations enterrées.

La réparation des dégâts est généralement très coûteuse en particulier lorsque les fondations sont à reprendre au moyen de micro-pieux. Le coût moyen d’un tel sinistre est estimé à environ 10 000 euros.

En Poitou-Charentes, il s’agit de l’un des premiers risques naturels en termes de coûts. Les différentes sécheresses connues en région dont notamment celle de 2003 ont provoqué plus de 5000 sinistres pour un montant de plusieurs millions d’euros de dégâts. Ces périodes de sécheresse tendent ainsi à fragiliser les constructions (DREAL Poitou-Charentes, 2011).

À noter que depuis 1989, environ 8 000 communes françaises ont été reconnues au moins une fois en état de catastrophe naturelle vis-à-vis de ce phénomène. En Poitou-Charentes, entre 1981 et 2011, plus de 800 communes de la région, soit un peu de plus de la moitié, ont été au moins une fois déclarées en état de catastrophe naturelle pour cette problématique.

Afin de mieux évaluer l’ampleur de cette problématique en France, le ministère de l’Écologie et du Développement Durable a engagé un programme de cartographie de l’aléa retrait-gonflement des argiles, confié au Bureau de Recherches Géologiques et Minières depuis 1997. Les études menées ont permis de définir une carte régionale de susceptibilité de l’aléa retrait-gonflement des sols argileux 3 niveaux d’aléa sont définis indiquant son niveau d’intensité :

  • aléa fort : il traduit la probabilité de survenance d’un sinistre est la plus élevée et l’intensité des phénomènes attendus est la plus forte,
  • aléa moyen : sont concernées les zones intermédiaires entre ces deux situations extrêmes,
  • aléa faible : la survenance de sinistres est possible en cas de sécheresse importante, mais ces désordres ne toucheront qu’une faible proportion des bâtiments.

Les zones d’aléa à priori nul (secteurs où les cartes géologiques actuelles n’indiquent pas la présence de terrain argileux en surface), n’excluent pas que dans ces secteurs se trouvent localement des zones argileuses d’extension limitée et susceptibles de provoquer des sinistres.

Le meilleur moyen d’éviter ce risque est encore de ne pas construire d’infrastructures dans une zone trop exposée au retrait-gonflement d’argiles. Toutefois il est techniquement possible de construire sur tout type de sol argileux, en respectant des mesures avant la construction d’une maison, pour limiter par la suite le risque de retraitgonflement. Pour en savoir plus sur cette thématique, le volet « Risques naturels » est plus largement détaillé dans le Tome de l’Environnement en Poitou-Charentes consacré aux Risques.

L’aléa « Retrait gonflement des sols argileux » en Poitou-Charentes
L’aléa « Retrait gonflement des sols argileux » en Poitou-Charentes

Visualisez la carte dans l’atlas cartographique de l’ORE

Le meilleur moyen d’éviter ce risque est encore de ne pas construire d’infrastructures dans une zone trop exposée au retrait-gonflement d’argiles. Toutefois il est techniquement possible de construire sur tout type de sol argileux, en respectant des mesures avant la construction d’une maison, pour limiter par la suite le risque de retraitgonflement.

Pour en savoir plus sur cette thématique, le volet « Risques naturels » est plus largement détaillé dans l’Environnement en Poitou-Charentes - Thème Risques naturels .

> Haut de page

À VOIR SUR LE SITE DE L’EAU EN POITOU-CHARENTES … RPDE, Réseau Partenarial des Données sur l’Eau : www.eau-poitou-charentes.org, rubriques : Connaître l’eau et ses usages en région > Sa quantité > Suivi des écoulements La gestion de l’eau > Rivières et crues

 Pour aller plus loin
  • Risques, Risque : Exposition possible d’enjeux à un aléa qui constitue une menace. Les deux principaux critères des risques sont la fréquence et la gravité. Un événement « potentiellement dangereux » -aléa- n’est un risque majeur que s’il s’applique à une zone où des enjeux forts sont en présence, donc si les effets prévisibles mettent en jeu de nombreuses personnes, des biens… Ce risque majeur devient une catastrophe quant l’événement a lieu et qu’il provoque des dommages pour la société, l’environnement ou l’économie : des pertes en vies humaines par exemple, etc.
Publications | Plan du site | Mentions légales | Cadenas fermé