L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
La situation
Déchets radioactifs
Réponses

La gestion des déchets – généralités

Dernière mise à jour : 15/05/200

En France, la gestion des déchets est assurée par l’Andra, dont les missions ont été déterminées par la Loi n°91-1381 du 30 décembre 1991. Elle conçoit et exploite les filières de stockage adaptées à chaque catégorie de déchets radioactifs. Elle assure la collecte, le conditionnement, le stockage et la surveillance des déchets.
Depuis la Loi du 28 juin 2006, relative à la gestion durable des matières et des déchets radioactifs, l’Andra a également en charge l’entreposage de longue durée.

Chaque type de déchet appelle des traitements et une gestion spécifique, appropriés au risque qu’il présente.
En effet, les déchets radioactifs doivent présenter des caractéristiques précises pour être entreposés ou stocker. Ils sont donc traités (stabilisation des produits, réduction des volumes), puis conditionnés (selon leurs caractéristiques radioactives : niveau et type de rayonnement émis, période ; physiques : solides, liquides ou mixtes ; chimique).

Classification française des déchets radioactifs et filières de gestion
Vie très courte
< 100 jours
Vie courte (VC)
< 30 ans
Vie longue (VL)
> 30 ans
Très faible activité
(TFA)
Déchets gérés sur place
en laissant décroître la
radioactivité.
Centre de stockage TFA de Morvillier dans l’Aube
Faible activité
(FA)
- Centre de stockage FMA de l’Aube

- A l’étude pour les déchets tritiés

A l’étude (déchets
radifères, déchets
graphites)
Moyenne activité
(MA)
A l’étude dans le cadre
des articles L542-1 à 14
du Code de l’Environnement (loi du
30 décembre 1991)
Haute activité
(HA)
A l’étude dans le cadre des articles L542-1 à 14 du
Code de l’Environnement (loi du 30 décembre 1991)

Source : ANDRA, « Inventaire national des déchets radioactifs et des matières valorisables », rapport de synthèse, 2006.

Remarques :

  • Avant d’être stockés dans le centre de l’Aube (en fonction depuis 1992 - capacité de 1 million de m3 - prévu pour 30 ans) , les déchets ont été stockés dans le centre de la Manche (1974-1994), aujourd’hui en phase de surveillance.
  • Le mode de gestion de long terme pour les déchets à moyenne et haute activité à vie longue n’a pas encore été défini. La loi du 30 décembre 1991 proposait trois axes de recherche, reconduit par la loi du 28 juin 2006 : la séparation chimique et la transmutation (recherches confiées au CEA), le stockage en couche géologique profonde définitif ou réversible et l’entreposage de longue durée en surface ou subsurface (recherches confiées à l’Andra). En attendant, ils sont entreposés sur les sites de la Hague et de Marcoule.
  • L’étude du conditionnement des déchets radifères et graphites est également en cours. Il est envisager de stocker ces déchets en subsurface (quelques mètres de profondeur sous le niveau naturel, implanté dans une formation argileuse de très faible perméabilité) ou en profondeur (ancien puits de mine par exemple).
  • Egalement toujours à l’étude, les déchets tritiés, qui présentent l’inconvénient, qu’ils soient sous forme solide ou liquide, de produire en continu des effluents gazeux.

La gestion des déchets et des matières radioactives fait l’objet d’un plan national, revu tous les 3 ans : le plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR).

  •  Pour aller plus loin
  • Déchets radioactifs : Toutes matières dont l’utilisation ultérieure n’est pas prévue et qui contient un ou plusieurs nucléides, dont l’activité ou la concentration ne peut être négligée du point de vue de la radioprotection.
Publications | Plan du site | Mentions légales | Cadenas fermé