L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
La situation
Radioactivité artificielle
Etat

L’accident de Tchernobyl

Dernière mise à jour : 15/05/2004

Suite à l’accident de la centrale de Tchernobyl (Ukraine), le 26 avril 1986, un nuage radioactif s’est répandu dans l’atmosphère. Il a franchi les frontières françaises au début du mois de mai 1986 et l’est du pays a été le plus touché. Le Poitou-Charentes a été une des régions françaises les moins exposées. Néanmoins, subsiste encore un marquage radioactif résiduel issu des retombées de ce nuage, essentiellement dû aujourd’hui au Césium 137.

Une étude de la radioactivité en Poitou-Charentes réalisée par la CRII-RAD en 1997, sur les mousses terrestres, a mis en évidence la très faible contamination résiduelle de l’environnement. En effet, pour ces mousses, le niveau moyen en Césium 137 était de 128 Bq/kg sec, à comparer au niveau relevé dans l’est de la France qui était de l’ordre de 1000 Bq/kg sec.

S’agissant des terres de l’ouest de la France, les analyses de l’IRSN mettent en évidence des teneurs en Césium 137 de l’ordre de 5 à 10 Bq/kg. Pour les végétaux autres que les mousses et les champignons, l’activité radioactive en Césium 137 se situe désormais en dessous des limites de détection de la plupart des appareils.
La trace des essais nucléaires militaires des années 60 est également perceptible et porte sur des radioéléments différents (Strontium 90, plutonium).

En tout état de cause, ces données sont à comparer à celle de la radioactivité naturelle qui est de l’ordre de quelques centaines de becquerels par kilogramme dans la terre et de quelques dizaines de becquerels par kilogramme dans les végétaux et qui est due aux familles radioactives naturelles de l’uranium et du thorium et au potassium 40.

  •  Pour aller plus loin
  • Becquerel : Unité SI de mesure, caractérisant l’activité radioactive d’un élément. Le Becquerel (Bq) est égal à 1 désintégration par seconde.
  • Césium : Numéro atomique 55. Métal rare et toxique dont l’aspect naturel est voisin du potassium (mou, jaune pâle). Il se trouve en traces dans divers silicates et dans un minéral rare, la pollucite. Les isotopes 134 (134Cs) et 137 (137Cs) sont des produits de la fission radioactive dont la période radioactive est de 2,2 ans pour le premier et de 30,17 ans pour le second.
  • Radioactivité naturelle : Rayonnement provenant de la désintégration de noyaux d’atomes instables (potassium, radon,…) présents dans la nature (IRSN et DGSNR, Exposition " le nucléaire sous haute surveillance " - http://www.irsn.org/expo/expo_nucleaire.htm).
  • Radioélément : Élément radioactif naturel ou artificiel.
  • Thorium : Numéro atomique 90. Le principal minerai est la monazite. Il existe plusieurs isotopes radioactifs.
  • Uranium : Numéro atomique 92. Il existe trois isotopes naturels 238U, 239U et 234U. Le plus répandu, le 238U a une période de 4,46 milliards d’années. L’uranium se trouve dans des minéraux et principalement dans des granites (taux pouvant atteindre 15 à 25 g/t).
Publications | Plan du site | Mentions légales | Cadenas fermé