L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
Accueil du siteLa situationEauLa gestion quantitative
La situation
Eau
La gestion quantitative

Introduction

Thème Eau - Edition 2015
Nouveau !
Dernière mise à jour : 2015

L’eau, indispensable au développement des sociétés, est une ressource limitée en quantité et de qualité vulnérable, ce qui en fait le bien le plus précieux. De plus en plus soumise aux interventions de l’Homme, c’est une ressource naturelle qu’il est indispensable de gérer et de protéger, pour préserver la vie. La répartition de la ressource en eau douce sur Terre n’est pas homogène, cela au sein même d’un pays. Ces disparités sont également accrues du fait de la répartition hétérogène de la population dans le monde.

En Poitou-Charentes, l’eau est fortement sollicitée par les différents usagers. La ressource en eau est essentiellement exploitée pour les usages agricole et domestique et, à un degré moindre, pour les usages industriels.

Ces nombreux usages peuvent perturber l’équilibre naturel sur un bassin versant. En effet, le développement de l’irrigation agricole et de l’afflux touristique en période estivale, couplé avec un déficit hydrique récurrent, exerce une pression quantitative sur la ressource en eau, concentrée sur une période restreinte. Une grande partie du territoire régional a d’ailleurs été classée en Zones de Répartition des Eaux, zones caractérisées par une insuffisance chronique des ressources en eau par rapport aux besoins :

  • 82% du territoire régional
  • 90% de la Charente
  • 94% de la Charente-Maritime
  • 80% des Deux-Sèvres
  • 65% de la Vienne.

L’objectif de gestion équilibrée visé par la loi sur l’eau et par la Directive Cadre sur l’Eau (D.C.E.), inscrit dans le Code de l’Environnement (article L211-1), n’est donc pas atteint aujourd’hui en Poitou-Charentes. Le franchissement chaque année du Débit d’Objectif d’Etiage (D.O.E.) sur plusieurs points nodaux de la région illustre l’incapacité actuelle à satisfaire les demandes associées aux différents usages.

Face à cette situation de déficit chronique et pour parvenir à préserver les usages prioritaires que sont en premier lieu l’alimentation en eau potable puis la vie aquatique et le libre écoulement des eaux, des mesures de restriction, voire d’interdiction, de certains usages de l’eau sont mises en oeuvre chaque année en Poitou-Charentes. Or ces mesures, qui sont liées à différents seuils, ne devraient être envisagées que lors d’épisodes climatiques exceptionnellement secs. La création de ces différents seuils est née de la volonté d‘instaurer une gestion de crise basée sur différentes périodes et sur différents niveaux d’alerte en vue de réagir au plus vite lors de la baisse rapide des débits et de préserver ainsi les milieux et garantir l’eau potable. Malgré les efforts entrepris chaque année, les Débits de Crise (D.C.R.) en Poitou-Charentes sont encore régulièrement franchis.

Les réponses apportées à ces pressions visent à mieux respecter le milieu, tout en maintenant les activités économiques en place, en limitant les conflits entre usagers pour partager et préserver ce patrimoine commun.

Ainsi, la gestion coordonnée des prélèvements est primordiale car l’importance des besoins en période d’étiage coïncide avec le moment où la ressource est la plus faible, entraînant une baisse importante du niveau de certaines nappes et un tarissement des cours d’eau.

Pour appréhender les interactions et les pressions entre usages, il est nécessaire de comprendre quels sont les besoins par rapport à la ressource en eau pour chaque usage, chacun pouvant générer des conséquences plus ou moins négatives.

  • étiage : Période de plus basses eaux des rivières et des nappes souterraines.
  • Débits : le débit d’un cours d’eau en un point donné est la quantité d’eau (m3 ou litres) passant en ce point par seconde il s’exprime en m3/s ou en l/s.
  • Déficit Hydrique : Différence cumulée entre l’évapotranspiration potentielle (évaporation du sol et transpiration de la végétation) et les précipitations pendant une période où ces dernières sont inférieures à la première.
  • Eau potable : Eau propore à la consommation, ne devant contenir aucun germe pathogène. L’eau prélevée directement dans le sol ne peut pas toujours être bue telle que. Elle doit être contrôlée et éventuellement purifiée avant d’être distribuée chez l’usager. Ses caractéristiques sont définies par la directive européenne de 1998, reprise en droit français. (Agence de l’Eau Adour Garonne)
Publications | Plan du site | Mentions légales | Cadenas fermé