L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
La situation
Patrimoine naturel
Etat

Introduction

Thème Patrimoine naturel - Édition 2013
  • Ouvrage de 251 pages
  • au format A4
  • disponible en version papier ou téléchargeable en PDF.
Nouveau !

La partie « Etat » vise dans un premier temps à fournir une description globale des principaux milieux existants en Poitou-Charentes. Des zones humides aux parcs et jardins en passant par les forêts, chaque milieu fait l’objet d’une présentation générale : caractéristique du milieu, biodiversité ordinaire, espèces remarquables, précisions locales, données synthétiques, carte régionale... Certains milieux remarquables présentant un enjeu important en région Poitou-Charentes sont ensuite décrits plus précisément. C’est par exemple le cas des zones humides ou bien des forêts.
A noter que la présentation des milieux de Poitou-Charentes est basée sur une adaptation de la nomenclature CORINE-Biotope.

Nomenclature CORINE biotopes
(Rubrique : Natura 2000 > Outils et méthode > Corine Biotope)

Dans un second temps, le document s’attache à présenter la flore régionale à savoir les groupes suivants : les algues, les champignons, les lichens, les bryophytes, les ptéridophytes et les phanérogames. Pour chaque groupe floristique sont indiqués : les caractéristiques principales des différentes espèces, les types d’espèces rencontrés en Poitou-Charentes, les milieux de vie privilégiés... Des données chiffrées peuvent également être fournies, si elles existent, telles que le nombre d’espèces de phanérogames rencontré en Poitou-Charentes.

Enfin, cette partie se termine par la présentation de la faune régionale, présentation faite selon deux parties : les invertébrés et les vertébrés. Les vers, les mollusques, les crustacés, les arachnides et les insectes sont décrits dans le groupe des invertébrés alors que les poissons et cyclostomes, les amphibiens, les reptiles, les oiseaux et les mammifères sont, quant à eux, traités dans la partie vertébrés. Pour chaque groupe sont indiqués les caractéristiques morphologiques, écologiques... des différentes espèces, ainsi que leur importance dans la région Poitou-Charentes.

Il est à noter que concernant les espèces, la communauté scientifique s’accorde actuellement à schématiser l’ensemble de la biosphère en un « arbre du vivant » comportant trois branches : les archéobactéries, les eubactéries et les eucaryotes. Ces derniers constituent la majorité des organismes vivants actuellement répertoriés. Parmi les eucaryotes les plus connus, on distinguera :

> les végétaux : eucaryotes unicellulaires ou pluricellulaires, autotrophes qui assurent leur métabolisme par la photosynthèse.
> les animaux : eucaryotes pluricellulaires, hétérotrophes qui assurent leur métabolisme par l’ingestion.
> les champignons ou mycètes : eucaryotes uni ou pluricellulaires, hétérotrophes qui assurent leur métabolisme par absorption.

Nombre d’espèces pour différents groupes par échelle géographique
Embranchement/Sous-embranchement Classe Monde France Poitou-Charentes
Végétaux - 350 000 6 020 1800
Vertébrés Mammifères 4 496 133 75
Oiseaux 9 675 535 288
Reptiles 7 000 37 19
Amphibiens 4 810 34 22
Poissons 24 500 420 65 (eau douce)
Invertébrés Insectes Environ 1 million d’espèces connues actuellement 39 000 8227
Crustacés 45 000 2 500 6 décapodes
Arachnides 75 000 - -
Mollusques 117 495 1 400 148 continentales
Sources : IUCN, LPO, MNHN, Poitou-Charentes Nature, SBCO, SEOF, chiffres mentionnés dans le rapport "Stratégie nationale pour la biodiversité (Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, 2004) et dans le dossier " Utilisation du territoire et biodiversité " (Observatoire Régional de l’Environnement Poitou-Charentes, 2009)

La connaissance des espèces étant en constante évolution, les chiffres présentés dans ce document sont à considérer comme éléments ponctuels valides à un instant donné. Ces chiffres peuvent ainsi varier selon les sources d’information, du fait des découvertes et de l’évolution des espèces (disparition, expansion, régression...), mais aussi du fait des remembrements phylogéniques effectués au sein des groupes.

De plus, dans certains domaines, les connaissances sont limitées et ne permettent pas d’avoir une vision d’ ensemble d’un groupe. Ainsi, il sera parfois difficile, voir impossible en l’état actuel des connaissances, d’estimer le nombre total d’espèces qui composent un groupe. Ne prétendant pas énumérer la totalité des nombreuses espèces végétales et animales présentes en Poitou- Charentes, le document s’attachera ici à présenter les espèces les plus emblématiques de certains milieux, qu’elles soient menacées ,remarquables ou ordinaires.

Robert le Diable
Robert le Diable

Les grands thèmes suivants sont abordés dans la partie "Etat" :

  •  Pour aller plus loin
  • Amphibiens : Classe de vertébrés tétrapodes (quatre pattes) poïkilothermes, à peau nue, généralement ovipares.
  • Autotrophe : se dit d’un organisme capable de synthétiser lui-même les matières organiques qui le composent à partir d’éléments minéraux. C’est le cas de la plupart des plantes chlorophylliennes qui effectuent la photosynthèse.
  • Biodiversité : Variété du vivant à tous ses niveaux : les gènes, les espèces et les populations, les écosystèmes et les processus naturels qui assurent la perpétuation de la vie sous toutes ses formes.
  • Biotope : espace localisé où l’ensemble des facteurs physiques et chimiques (substrat et climat) de l’environnement reste constants et où se cantonnent une ou plusieurs espèces, ensemble des facteurs physiques et chimiques qui caractérisent un milieu.
  • Crustacés : Classe d’arthropodes antennates (2 paires d’antennes) possédant un céphalothorax et un abdomen, et dont le tégument est fortement minéralisé par des sels de calcium. Généralement aquatiques à respiration branchiale, ils sont ovipares. Ils sont divisés en malacostracés, ou crustacés supérieurs, et entomostracés, ou crustacés inférieurs).
  • Eucaryote : organisme dont la cellule présente des organites (noyau, membrane plasmique, mitochondrie, etc.) et un cytosquelette.
  • Hétérotrophe : se dit d’un organisme qui ne synthétise pas lui-même ses constituants organiques mais a recours à un producteur d’aliments organiques, par exemple : les herbivores. Se dit d’un organisme dont la nutrition exige l’absorption de matières organiques.
  • Insectes : Arthropodes dont le corps, en trois parties (tête, thorax, abdomen), porte trois paires de pattes, deux paires d’ailes et une paire d’antennes. Leur respiration est trachéenne (par la trachée) et ils peuvent subir une ou plusieurs mues et/ou métamorphoses.
  • Mammifères : Classe de vertébrés supérieurs homéothermes ("à température constante"), portant des mamelles.
  • Mollusques : Embranchement d’animaux au corps mou non segmenté souvent pourvu d’une coquille calcaire (interne ou externe).
  • Oiseaux : Classe des vertébrés au corps recouvert de plumes présentant des caractéristiques anatomiques, les ailes, qui leur permettent de voler.
  • Communauté : ensemble des individus appartenant à plusieurs espèces qui coexiste dans un même milieu et qui forment des ensembles fonctionnels en interaction les uns avec les autres ; partie d’une biocénose.
  • Photosynthèse : phénomène biochimique au cours duquel les végétaux absorbent le gaz carbonique de l’air et le transforme en glucose, élément nutritif, grâce à l’énergie lumineuse, et à l’eau puisée dans le sol par les racines, tout en rejetant de l’oxygène. Cette énergie lumineuse est captée grâce aux pigments assimilateurs, les chlorophylles, situées dans des organites particuliers des cellules végétales, les chloroplastes.
  • Poissons : Vertébrés aquatiques qui respirent par des branchies et dont les membres pairs sont représentés par des nageoires (pectorales et pelviennes). Ils sont généralement ovipares.
  • Remembrements phylogéniques : remembrements correspondant aux transferts de taxons appartenant à un groupe (taxon) vers un autre, ou à la création de nouveaux taxons au sein de la systématique.
  • Reptiles : De la classe des vertébrés tétrapodes (quatre pattes), les reptiles ont une peau recouverte d’écailles et ils respirent à l’aide de poumons (contrairement aux poissons qui respirent grâce à des branchies). Ce sont des animaux poïkilothermes et généralement ovipares.
  • vertébrés : Sous-embranchement de C(h)ordés comprenant les animaux les plus évolués, caractérisés par un tube nerveux qui se dilate en un encéphale, une colonne vertébrale (en position dorsale) et un appareil circulatoire comportant un cœur différencié.
  • vers : Les vers constituent un groupe très hétérogène d’animaux invertébrés qui partagent une caractéristique commune, à savoir un corps mou, flexible, de forme allongée et ne comportant aucune partie dure. Leur morphologie, adaptée autant à la vie parasitaire qu’à des modes de vies autonomes et libres, leur permet de coloniser une large gamme d’environnements terrestres et aquatiques.
  • Archéobactérie : Bactérie vivant dans des milieux particuliers, souvent hostiles (eaux saturées en sel, sources sulfureuses très chaudes, ...).
  • Eubactérie : Groupe phylogénique des procaryotes qui regroupe l’ensemble des bactéries, à l’exception des archéobactéries dont il diffère par certaines caractéristiques biochimiques.
  • Arachnide : Les arachnides sont une classe d’arthropodes chélicérés terrestres, souvent insectivores. C’est le groupe qui comprend, entre autres, les araignées, les scorpions et les acariens. Ils se distinguent au sein de leur embranchement par le fait qu’ils possèdent quatre paires de pattes, qu’ils n’ont ni ailes ni antennes, et que leurs yeux sont simples (ocelles) et non composés. La plupart des arachnides sont ovipares et les sexes sont généralement de morphologies distinctes.
  • Algues : Les algues sont des êtres vivants capables de photosynthèse dont le cycle de vie se déroule généralement en milieu aquatique. Elles constituent une part très importante de la biodiversité, et une des bases des réseaux trophiques des milieux aquatiques d’eaux douces, saumâtres et marines. Elles sont aussi utilisées dans l’alimentation humaine, par l’agriculture et par l’industrie.
  • Champignons : Champignon est un terme ambigu qui désigne en français divers organismes biologiques sans chlorophylle et sans plastes (donc hétérotrophes), pas ou peu mobiles, constitués de cellules pourvues de noyaux et qui font donc partie des Eucaryotes.
  • Lichens : Les lichens sont des organismes composés résultant d’une symbiose entre un champignon hétérotrophe appelé mycobionte, représentant 90% de l’ensemble, et des cellules microscopiques possédant de la chlorophylle, algue verte ou cyanobactérie autotrophe, nommées « photobiontes ».
  • Bryophytes : Les bryophytes, ou mousses, sont un embranchement du règne des végétaux. Les plantes de cet embranchement sont des végétaux terrestres caractérisés par l’absence de système vasculaire.
  • Ptéridophyte : Plante ayant des vaisseaux et une circulation de sève, mais se reproduisant sans fleurs ni graines, telle que les fougères, les prêles, les lycopodes ...
  • Phanérogame : Embranchement du règne végétal comprenant toutes les plantes qui se reproduisent par des fleurs et des graines.
  • Cyclostomes : Vertébrés aquatiques dépourvus de mâchoire inférieure, dont le squelette est cartilagineux, et qui respirent par des branchies (la lamproie).
  • invertébrés : Tout animal dépourvu de colonne vertébrale. Les invertébrés constituent la majorité du règne animal et incluent toutes les espèces qui ne sont pas des vertébrés qui, eux, ont un squelette et des vertèbres.
  • Décapodes : Les décapodes sont par définition des crustacés possédant 5 paires de pattes. Cet ordre comprend notamment quelques crustacés bien connus, tels que les galathées, les crabes, les crevettes, les écrevisses ou encore les homards et langoustes.
  • Biosphère : La biosphère résulte pour l’essentiel de l’action ancienne, présente et conjointe d’une très grande variété de phénomènes, d’organismes et d’espèces vivantes en relation et en interdépendance plus ou moins grande. C’est ce qui constituent l’évolution et la diversité biologique des écosystèmes.
  • espèces :

    La discipline qui étudie et décrit la biodiversité des êtres vivants et leurs relations, et qui traduit les relations de parenté entre les taxons par une classification, s’appelle la systématique.

    Selon les "traditionnels" concepts morphologiques et mixiologique, une espèce est définie par l’ensemble des populations qui possèdent des caractéristiques anatomiques et physiologiques homogènes et dont les individus ne se reproduisent qu’entre eux. Actuellement, c’est le concept d’espèce évolutive qui est le plus largement répandu : une espèce est une lignée unique de populations formée d’une suite d’ancêtres et de descendants qui maintient son identité à l’égard des autres lignées (Wiley, 1978).

    Même si la notion d’espèce n’est pas exactement la même pour les animaux et les végétaux, on retiendra qu’une espèce est constituée d’un groupe de populations géographiquement isolées et qui présentent chacune un pool génétique propre. Cette diversité génétique est à l’origine des réponses évolutives et adaptatives des êtres vivants et de la création de nouvelles espèces (spéciation).

  • Métabolisme : Ensemble des processus complexes et incessants de transformation de matière et d’énergie par la cellule ou l’organisme au cours des phénomènes d’édification ou de dégradation biologiques (anabolisme et catabolisme).
  • Natura 2000 : Voir Réseau Natura 2000.
Publications | Plan du site | Mentions légales | Cadenas fermé