L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
Les enjeux
Air

Enjeux de la thématique

Thème Air ambiant - Edition 2015
Nouveau !
Dernière mise à jour : 11/10/2006

De la pollution ambiante (dans les villes et à l’intérieur des bâtiments) à la pollution planétaire (augmentation de l’effet de serre et destruction de la couche d’ozone) en passant par la pollution à longue distance (acidification et pollution photochimique), la pollution de l’air apparaît comme sujet majeur de préoccupation pour les années à venir notamment par son effet sur la santé, les écosystèmes et sur les matériaux. En Poitou-Charentes, l’évaluation de la qualité de l’air correspond en grande partie à des mesures industrielles, urbaines, périurbaines et rurales (pour l’ozone et les pesticides).

1- Diminuer les émissions polluantes à l’origine des gaz à effet de serre, de la pollution photochimique et acide

  • Améliorer et modifier progressivement les modes de transports et les déplacements en agissant à la fois sur le transport des marchandises et sur le déplacement des personnes :
    • mener une réflexion préalable avant toute réalisation d’infrastructure nouvelle en évaluant son impact et en favorisant les modes de transport les moins polluants (vélo, Rail, TER, TCSP : Transports en Commun en Site Propre, covoiturage …),
    • limiter le stationnement et la pénétration des voitures en ville…
  • Réduire la pollution due aux sources fixes de pollution :
    • faire respecter les engagements du Plan national d’affectation des quotas d’émissions de CO2,
    • réduire les plus gros rejets générés par les industries anciennes,
    • inciter les industriels à adopter des technologies faiblement émettrices et à améliorer le traitement des effluents gazeux,
  • Améliorer la maîtrise de l’énergie :
    • améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments,
    • limiter l’usage des énergies fossiles en développant l’intégration des énergies renouvelables : éolien, solaire, géothermie, biogaz,récupération d’énergie par les usines d’incinération d’ordures ménagères et filière bois.

2 - Améliorer et approfondir la connaissance sur la qualité de l’air extérieur et à l’intérieur des bâtiments

  • Renforcer le réseau de surveillance des polluants atmosphériques sur la région
  • Approfondir la connaissance des impacts de la pollution sur la santé publique notamment en disposant d’une information objective relative à l’impact des activités sur la qualité de l’air extérieur et la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments
  • Améliorer la connaissance des impacts sur l’environnement des émissions de pollants générées par les activités

3- Informer et sensibiliser sur les risques liés à la pollution atmosphérique

  • Informer les citoyens de la région sur la qualité de l’air respiré à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments et ses effets sur la santé et l’environnement
  • Sensibiliser - former à la problématique « air » notamment les personnels médicaux, sportifs, éducatifs, sociaux et du secteur du bâtiment sur les causes et les effets de cette pollution
  • Sensibiliser les acteurs économiques et les citoyens à une meilleure maîtrise énergétique
Enjeux régionaux "AIR"

Ces enjeux ont été identifiés par les différentes acteurs régionaux composant le comité de lecture de la thématique « Air » du Tableau de Bord de l’Environnement de l’ORE. Cette écriture consensuelle n’engage cependant pas spécifiquement chacun de ces acteurs.

  • Effet de serre : À l’origine, l’effet de serre est un phénomène naturel. Environ la moitié de l’énergie émise par le soleil est absorbée par la Terre, le reste est émis sous la forme de rayonnements infrarouges. Or les gaz à effet de serre (GES) empêchent une grande partie de cette chaleur de s’échapper dans l’espace. Sans les GES, la température moyenne du globe terrestre serait de 35°C plus basse. Pour comparaison, sur la planète Mars, où les GES sont absents, la température au sol est de -38°C. A l’opposé, sur la planète Vénus, où les GES sont très abondants, elle dépasse les 300°C.
  • Gaz à effet de serre : Gaz présent dans l’atmosphère, d’origine naturelle ou anthropique, qui absorbe et renvoie les rayons infrarouges en provenance de la surface terrestre. La concentration accrue des gaz à effet de serre dans l’atmosphère contribue au réchauffement climatique. La vapeur d’eau (H2O), le dioxyde de carbonne (CO2), l’oxyde nitreux (N2O), le méthane (CH4) et l’ozone (O3) sont les principaux gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère terrestre. (source : le grand dictionnaire terminologique)
  • Couche d’ozone : Zone de la stratosphère, relativement riche en ozone, qui absorbe les rayonnements ultraviolets du Soleil. L’ozone se forme, à partir de l’oxygène, entre 15 et 60 km d’altitude, avec une concentration maximum située entre 20 et 30 km. Bien qu’à de faibles concentrations (de l’ordre de la partie par millions), l’ozone stratosphérique joue un rôle très important. L’absorption des rayonnements ultraviolets cancérigènes a des conséquences biologiques évidentes sur Terre et contribue par ailleurs à l’effet de serre.
  • Ozone :

    Gaz bleu, odorant et toxique. Polluant secondaire, c’est à dire qu’il n’est pas rejeté directement dans l’air, mais qu’il résulte de la transformation par réaction chimique des gaz précurseurs d’origine automobile et industrielle (NOx, hydrocarbures et CO) initiés par les rayons ultraviolets émis par le soleil. Polluant de la troposphère. Sa concentration a crû de manière significative dans les cinquante dernières années. Dans la stratosphère, l’ozone est formé par dissociation de l’oxygène sous l’effet des rayons ultraviolets du rayonnement solaire. La destruction de la couche d’ozone stratosphérique est liée à la pollution atmosphérique.

    NO2 + O2 → NO + O3

Publications | Plan du site | Mentions légales | Cadenas fermé