L’ENVIRONNEMENT EN POITOU-CHARENTES (http://www.environnement-poitou-charentes.org) L'Etat - membre fondateur Région Nouvelle-Aquitaine
Accueil du siteLa situationPatrimoine naturelEtatLes milieux régionaux
La situation
Patrimoine naturel
Etat
> Les milieux régionaux

8 - Les pelouses sèches

Thème Patrimoine naturel - Édition 2013
  • Ouvrage de 251 pages
  • au format A4
  • disponible en version papier ou téléchargeable en PDF.
Nouveau !
Les pelouses gérées par le Conservatoire Régional des Espaces Naturels de Poitou-Charentes
Les pelouses gérées par le Conservatoire Régional des Espaces Naturels de Poitou-Charentes
Atlas cartographique : Paysage

La pelouse sèche correspond à une formation végétale de plantes herbacées vivaces. Les pelouses sèches se rencontrent souvent sur sol calcaire, généralement pauvre, ensoleillé et souvent exposé au vent. Elles peuvent être associées aux milieux forestiers.

Poitou-Charentes est une des régions de France où l’on rencontre le plus de pelouses sèches. On trouve dans ce milieu près du tiers des espèces végétales protégées en région, soit 56 espèces.

Les pelouses sèches et la biodiversité

La végétation présente des adaptations à ces conditions de vie difficiles. On y trouve une flore d’affinité méditerranéenne comme l’astragale de Montpellier (Astragalus monspessulanum). Autre espèce végétale présente sur les pelouses sèches de la région : la sabline des chaumes (Arenaria controversa), espèce protégée justifiant la création d’une ZNIEFF (espèce déterminante). Par leur fort ensoleillement, les pelouses sèches sont aussi le lieu d’élection d’importants cortèges d’orchidées. Le site Natura 2000 des Chaumes d’Avon (Deux-Sèvres, 1715 ha) présente à lui seul 25 taxons d’orchidées, dont certaines sont très rares au niveau national. Le relief de ce site présente également de petites dépressions permettant le développement de faciès plus humides qui constituent des sites de reproduction pour des espèces d’amphibiens protégées à l’échelle nationale tels le sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) et le triton crêté (Triturus cristatus).

L’entomofaune des pelouses sèches est variée et spécifique : abeilles, fourmis, sauterelles, grillons, etc., et présente des espèces déterminantes en Poitou-Charentes tels le criquet germanique (Oedipoda germanica), le papillon azuré du serpolet (Maculinea arion) et la mante religieuse empuse (Empusa pennata).

Azuré du Serpolet
Azuré du Serpolet

Ces invertébrés attirent de nombreux oiseaux dont ils constituent la principale source de nourriture :
> la bondrée apivore (Pernis apivorus),

Bondrée apivore
Bondrée apivore

> l’alouette des champs (Alauda arvensis),

Alouette des champs
Alouette des champs

> le faucon crécerelle (Falco tinnunculus),
> ou la huppe fasciée (Upupa epops).

L’ ensoleillement et la présence de pierriers sont propices aux reptiles et il n’est donc pas rare de rencontrer dans ces milieux :
> la couleuvre verte et jaune (Coluber viridiflavus),

Couleuvre vert et jaune
Couleuvre vert et jaune

> la vipère aspic (Vipera aspis),
> ou la couleuvre d’esculape (Elaphe longissima).

Couleuvre d’Esculape (tête)
Couleuvre d’Esculape (tête)

Parmi les mammifères occupant les pelouses sèches régionales, on citera le lièvre d’Europe (Lepus europaeus), le lapin de Garenne (Oryctolagus cuniculus) et le renard roux (Vulpes vulpes).

Renard roux
Renard roux

Les pelouses calcicoles n’ont pas échappé depuis les années 1950 aux menaces liées au développement de l’agriculture moderne (mise en culture) ou au reboisement (plantation de résineux calcicoles).

Les pelouses encore intactes sont trop souvent abandonnées, et en l’absence de pâturage, elles sont soumises à la reprise de la dynamique végétale conduisant à la fermeture du milieu.

Ce processus responsable de l’appauvrissement de la diversité floristique commence par un embroussaillement avec l’apparition du prunellier (Prunus spinosa), de l’aubépine (Crataegus monogyna), du cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), du genévrier (Juniperus communis) et de la ronce (Rubus fruticosus), et se poursuit par l’apparition d’essences forestières.

Prunelier
Prunelier
Genévrier commun
Genévrier commun
Aubépine
Aubépine
  •  Pour aller plus loin
  • Amphibiens : Classe de vertébrés tétrapodes (quatre pattes) poïkilothermes, à peau nue, généralement ovipares.
  • Calcicole : Présent sur les terrains calcaires.
  • Entomofaune : partie de la faune constituée par les insectes.
  • Espèces déterminantes : Sont qualifiées de déterminantes : les espèces en danger, vulnérables, rares ou remarquables répondant aux cotations mises en place par l’IUCN ou extraites des livres rouges publiés nationalement ou régionalement ; les espèces protégées nationalement, régionalement ou faisant l’objet de réglementations européennes ou internationales lorsqu’elles présentent un intérêt patrimonial réel au regard du contexte national ou régional ; les espèces ne bénéficiant pas d’un statut de protection ou n’étant pas inscrites dans des listes rouges, mais se trouvant dans des conditions écologiques ou biogéographiques particulières, en limite d’aire ou dont la population est particulièrement exceptionnelle.
  • Mammifères : Classe de vertébrés supérieurs homéothermes ("à température constante"), portant des mamelles.
  • Oiseaux : Classe des vertébrés au corps recouvert de plumes présentant des caractéristiques anatomiques, les ailes, qui leur permettent de voler.
  • Reptiles : De la classe des vertébrés tétrapodes (quatre pattes), les reptiles ont une peau recouverte d’écailles et ils respirent à l’aide de poumons (contrairement aux poissons qui respirent grâce à des branchies). Ce sont des animaux poïkilothermes et généralement ovipares.
  • Taxons : groupe d’organisme reconnu en tant qu’unité formelle à chaque niveau de la classification hiérarchique.
  • ZNIEFF : L’inventaire des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique, identifie, localise et décrit la plupart des sites d’intérêt patrimonial pour les espèces vivantes et les habitats. On distingue les ZNIEFF de type 1 qui correspondent à des sites précis d’intérêt biologique remarquable (présence d’espèces ou d’habitat(s) de grande valeur écologique) et les ZNIEFF de type 2, grands ensembles naturels riches. Les zones de type 2 peuvent inclure plusieurs zones de type 1. (EIDER-IFEN)
  • Natura 2000 : Voir Réseau Natura 2000.
Publications | Plan du site | Mentions légales | Cadenas fermé